• Prologue

    Je sais que je suis en retard, mais voici le prologue de l'histoire ! Il est assez court et écrit à la troisième personne chose que je n'aime pas trop faire - la suite sera à la première personne, sauf si je change d'avis. Ensuite, le rapport avec la suite des évenements ne sera pas de suite évident, mais vous saurez tout ça bien assez tôt ~ Il ne me reste qu'à vous souhaiter une bonne lecture ♥

    La pluie. Elle ruisselait sur son manteau gris, trempait son visage, rendait sa marche hésitante. Dieu qu’il détestait ça. Il s’en souvenait à présent : c’était pour elle qu’il avait hésité avant d’accepter ce poste à Londres. Un poste qu’il commençait à regretter amèrement. Et pour cause, il n’était arrivé que la veille, mais la pluie n’avait cessé de s’abattre sur lui. Les météos prévoyaient du beau temps, pourtant. Il aurait du savoir qu’on ne pouvait pas se fier à la météo – oui, en bon scientifique français qu’il était, il ne faisait que le répéter à qui voulait bien l’entendre. Sauf qu’il s’était perdu à espérer. L’espoir. Quelle belle connerie, songeait-il à présent.

    Il était tard. Une heure du matin, peut être plus. Il rentrait d’un dîner avec l’homme qui aurait pu être son nouvel employeur. Il avait reçu la proposition pour ce poste il y avait moins d’une semaine. Une place de chercheur qui s’était libérée au sein d’un projet scientifique sans précédent. Une expérience unique. Du jamais vu. En tant que tout jeune diplômé, bac plus Dieu sait combien et sans emploi, ça l’avait bien évidement tenté. Un poste prestigieux, lui avait-on dit. Il n’en doutait pas, mais à présent qu’il savait ce en quoi consistait réellement ce poste, il en avait froid dans le dos. Il se remémora soudainement les paroles du directeur, et un frisson lui parcourut l’échine, comme ça avait été le cas quand il avait entendu ces mots pour la première fois. Seule l’idée principale lui revint exactement en mémoire – ça lui suffisait comme ça. Une histoire de jumeaux qu’on séparait dès la naissance et qu’on élevait séparément pour voir à quel point l’expérience personnelle influençait le caractère par rapport au programme génétique ? C’était ridicule. Ridicule, immoral et inhumain. Il se souvenait s’être levé de table, et… Et il avait fait quoi déjà ? Ah oui, il avait récupéré son manteau et avait quitté les lieux. Pourquoi ses souvenirs étaient-ils aussi flous ?

    Il était sur le point de réaliser que quelque chose clochait quand une balle lui frôla l’épaule, et il laissa échapper un cri où se mêlaient surprise et douleur. Il entendit quelqu’un lâcher un juron, mais ses sens étaient trop faibles pour qu’il distingue son origine. Il voulut bouger. Peine perdue. Il avait l’impression que tous ses muscles s’étaient ramollis en l’espace d’une seconde. La seule chose concrète qui lui vint à l’esprit, ce fut que le contenu de son verre n’était peut être pas du vin, en fait. Puis une deuxième balle vint le cueillir au creux des omoplates. La douleur était plus forte que tout ce qu’il avait connu. Il voulut crier, mais le son se coinça dans sa gorge. Même s’il ne voyait pas sa vie défiler devant ses yeux, il avait l’impression que la scène se passait au ralenti. Il sentait la balle s’enfoncer dans sa peau, son corps qui se pliait, s’effondrait au sol. Puis il sentit ses yeux se fermer, son souffle se calmer.

    L’instant d’après, son meurtrier sortit de l’ombre. Si l’homme l’avait vue, il l’aurait sûrement qualifié de gamine. Elle avait vingt et un ans, mais elle en paraissait moins. Ses cheveux châtain foncé étaient coupés en de courtes mèches de longueur inégale, lesquelles dégageaient un visage aux traits puérils. Visage qui contrastait énormément avec le revolver attaché à sa taille.

    « C’est bon, boss, lâcha-t-elle avec une fausse décontraction.

    Elle se retourna vers un homme qui était jusqu’alors resté dans l’ombre. Si le scientifique français ne gisait pas à l’heure actuelle dans une flaque de sang, il l’aurait sûrement identifié comme celui qui aurait pu être son employeur.

    -         Parfait, répondit-il nonchalamment. Tu sais ce qu’il te reste à faire. »

    La jeune fille hocha la tête et glissa le cadavre dans un grand sac poubelle qu’elle hissa avec difficulté sur son épaule. Puis les deux silhouettes disparurent dans la nuit.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Mai 2013 à 22:04

    Ouah...J'adore ta façon d'écrire *^* Tes descriptions sont justes transportantes et le texte fluide, c'est parfaitement lisible~

    A chaque fois que je lis ça dans un roman " un frisson lui parcourut l'échine" ça me fait penser aux chats (vas savoir pourquoi), pourtant on a tous une échine (je crois)

    Bref, c'est bien, le suspense, ça caractérise bien un prologue! (je veux savoir qui est cette gamine!) En espérant la suite toute aussi bien~

    2
    Elyra Profil de Elyra
    Samedi 25 Mai 2013 à 10:56

    Merci beaucoup, lire ce genre de commentaires ça me fait trop plaisir °w°

    Je vais essayer de me surpasser pour la suite, maintenant ! Merci =D

    3
    Samedi 25 Mai 2013 à 11:41

    Ouah, c'est super dis donc ^^

    Ca donne vraiment envie de lire la suite

    4
    Elyra Profil de Elyra
    Dimanche 26 Mai 2013 à 13:57

    Merci ! Je me hâte de la poster ;D

    5
    Dimanche 26 Mai 2013 à 19:09

    C'est vrai tu explique bien le texte est fluide , en un seul mot : J'adore *^*

    J'ai hâte de lire la suite ^^

    6
    Hatsushio Profil de Hatsushio
    Lundi 27 Mai 2013 à 15:18

    Bon, j'étais censé te donner mon avis il y a quelques temps, mais comme j'étais assez occupé, j'oubliais sans cesse! Pardon. v_v J'irais me prendre un mur dès que j'en aurais fini avec ce commentaire.

    Bon, c'est très bien écris, tu nous met bien dans l'ambiance, mais... Ce n'est pas le genre de texte auquel j'accroche facilement. J'attendrais de voir la suite, hm? ^^' Et j'essaierais de faire un pavé plus constructif. :']

    7
    rainboow-chan Profil de rainboow-chan
    Mercredi 29 Mai 2013 à 15:34

    J'adoooore : )

    Vivement la suite : )

    8
    L*ptok Profil de L*ptok
    Samedi 1er Juin 2013 à 11:33

    *O*

    Ceci est un pwtuain de prologue qui déchire tout. Plus sérieusement, la syntaxe est nickel -de mon point de vue, bien entendu- , l'orthographe la conjugaison et le vocabulaire sont soignés, puis... CE contexte, quoi. Ahlalalala. La longueur est parfaite. Pauvre petit scientifique... Il n'aura pas fait longtemps à Londres. :B

    'Suis désolée pour le commentaire pas du tout constructif - je n'arrive jamais à en faire. Enfin bwef, j'ai vraiment hâte d'avoir la suite ! /o

    9
    Vendredi 3 Février 2017 à 16:55

    J'aime beaucoup ton stylé littéraire, c'est très sympathique, j'ai l'impression que tu lis beaucoup! :D

    Bonne continuation =)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :